Forum de discussion sur le Kosovo

Forum officiel du site kosovo.4yu.fr
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  Notre siteNotre site  

Partagez | 
 

 Tirs de la KFOR à Jarinje sur des Serbes non-armés

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Demoiselle Slave
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 412
Age : 25
Localisation : /
Date d'inscription : 10/09/2008

MessageSujet: Tirs de la KFOR à Jarinje sur des Serbes non-armés   Jeu 29 Sep - 21:18

TADIC A APPELÉ LES SERBES À LA PAIX, ET LA KFOR À L’ABSTENTION ET À LA NEUTRALITÉ

Le président de Serbie Boris Tadic a exprimé une grande inquiétude en raison des conflits et de l’aggravation de la situation sécuritaire dans le Nord du Kosovo-Métochie et il a appelé les Serbes à l’abstention et à la paix, et la Kfor à une abstention maximale. J’appelle à l’apaisement de la situation car la sauvegarde de la paix et le dialogue sont les seules manières de régler les problèmes. Les forces internationales sont là pour défendre les citoyens sans armes et non pas pour entrer en conflits avec eux, a laissé entendre Tadic. Il a répété que la Kfor devrait être neutre par rapport au statut et qu’elle ne devrait pas recourir à la force contre les citoyens, et que les Serbes du Kosovo devraient garder la raison et ne pas succomber aux provocations. Aucun problème ne peut être réglé par la violence, les vies humaines sont la valeur au-dessus tout et elles doivent être sauvegardées, a souligné Tadic dans sa déclaration.

DACIC : HONTE POUR LA COMMUNAUTÉ INTERNATIONALE

Le Premier ministre adjoint et ministre de l’Intérieur de Serbie Ivica Dacic a déclaré que le conflit des Serbes et de la Kfor au passage Jarinje est une grande honte pour la communauté internationale et que la Serbie demandera une précision urgente de l’emplacement des missions internationales au Kosovo. Il est nécessaire de demander au commandement de la Kfor l’explication si les éléments de la Kfor l’avaient fait arbitrairement ou ils avaient procédé sur ordre et si les autorisations de la mission de la communauté internationale au Kosovo étaient dépassées, a mis en relief Dacic. Il a indiqué que la Serbie est attachée à la paix et à la suite du dialogue, mais qu’il est difficile de comprendre pourquoi, parallèlement avec la suite du dialogue à Bruxelles, la Kfor recourut aux armes contre le peuple qui exprime calmement sa position. Le cas des forces de paix qui ouvrent le feu sur le peuple qui n’attaque pas avec des armes les éléments de la mission de maintien de la paix est sans précédent, a déclaré Dacic.

LES OFFICIELS MONDIAUX APPELLENT À LA CESSION DES CONFLITS ET À L’ABSTENTION AU KOSOVO

Le secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon reste à son appel antérieur, lancé à toutes les parties au Kosovo, de s’abstenir des actions unilatérale, tout en appelant tous les acteurs internationaux de se tenir à leurs mandats conformément à la Résolution 1244, apprend Tanjug au siège de l’ONU. Le ministre russe des Affaires étrangères Serguei Lavrov a appelé à la cessation de toutes les actions qui pourraient déstabiliser la situation au Kosovo, a communiqué le Ministère russe des Affaires étrangères. Lavrov s’est entretenu des développements les plus récents dans le Nord du Kosovo avec le chef de diplomatie serbe Vuk Jeremic aux marges de la session de l’Assemblée générale de l’ONU à New York. Lavrov a de nouveau réitéré le besoin du respect strict de la Résolution 1244 du Conseil de sécurité de l’ONU par toutes les missions internationales.

BRUXELLES : ENTRETIENS SÉPARÉS DES TEAMS DE BELGRADE ET DE PRISTINA AVEC COOPER

Les délégations de Belgrade et de Pristina ont des entretiens séparés à Bruxelles avec le médiateur de l’UE Robert Cooper sur les conflits dans le Nord du Kosovo entre les Serbes et les éléments de la Kfor. Le cycle du dialogue de Belgrade et de Pristina prévu pour aujourd’hui est reporté pour demain dans la matinée, ont déclaré les officiels au Conseil des ministres de l’UE à Bruxelles.

BOGDANOVIC : LA SITUATION À JARINJE EST CALME, LES BLESSÉS SONT HORS DE DANGER

La situation dans le Nord du Kosovo près du passage administratif Jarinje est calme, a déclaré ce soir le ministre pour le Kosovo-Metochie au gouvernement de Serbie Goran Bogdanovic, qui est arrivé au Kosovo. La Kfor est dans sa base et une trentaine de Serbes est toujours sur les barricades, a indiqué Bogdanovic. Il a signalé que les Serbes blessés ont été opérés et qu’ils sont hors de danger.

SERBES BLESSÉS HORS DE DANGER DE VIE

Tous les six Serbes grièvement blessés lors des désordres d’hier près du passage administratif Jarinje, entre le Nord du Kosovo-Métochie et la Serbie centrale, sont hors de danger de vie et leur état de santé est stable. Le directeur du Centre de santé de Mitrovica Milan Jakovljevic a déclaré pour l’agence Tanjug que l’état de santé du Serbe le plus grièvement blessé, dont la vie a été menacée hier, s’était amélioré et qu’il se récupérait avec succès. Près du passage Jarinje, dans le Nord du Kosovo-Métochie, hier, lorsque des membres de la Kfor ont ouvert le feu sur les citoyens, sept Serbes ont été blessés, dont un légèrement blessé a quitté l’hôpital, ainsi que quatre soldats de la Kfor.

SERBES BLESSÉS : KFOR A TIRÉ SUR LES CITOYENS NON-ARMÉS

Les Serbes qui ont subi des blessures corporelles graves lors des désordres d’hier sur le passage administratif Jarinje entre le Nord du Kosovo-Métochie et la Serbie centrale, ont confirmé que la Kfor avait ouvert le feu sur les citoyens non-armés. Nous sommes venus au passage pour apporter le soutien aux gens qui contrôlaient ce poste, cependant, les soldats de la Kfor ont ouvert le feu sur le peuple non-armé, en utilisant la munition. J’ai été frappé par deux balles, à la jambe et à la poitrine, a déclaré l’un des blessés Sasa Stanojevic. Nebojsa Radojcic, qui a été également blessé hier dans la fusillade, explique que les soldats ont ouvert le feu lorsqu’un camion est venu sur ce lieu. J’ai entendu parler qu’ils ont tiré après sur des véhicules sanitaires aussi, mais après que j’ai subi la blessure, je ne savais pas ce qui se passait, a déclaré Radojcic. Six Serbes grièvement blessés ont été visités hier soir dans l’hôpital de Mitrovica par le ministre pour le Kosovo-Métochie Goran Bogdanovic.

MIHAJLOVIC : LA SERBIE DEMANDERA UNE ENQUÊTE SUR LES ÉVÈNEMENTS À JARINJE

Le directeur du Bureau du gouvernement pour la coopération avec les médias Milivoje Mihajlovic a déclaré que la Serbie insisterait sur l’enquête sur les évènements d’hier sur le passage administratif Jarinje car, comme il l’a constaté, il est évident que la Kfor a dépassé son mandat. Mihajlovic a déclaré pour la Radio Télévision de Serbie que l’enquête devrait être effectuée par une institution indépendante ou une institution de l’ONU car, a-t-il souligné, il est important pour les Serbes du Kosovo-Métochie de constater qui a ordonné l’action absurde de la Kfor. Mihajlovic a annoncé que l’Etat insisterait sur l’apaisement des tensions et il a ajouté qu’en ce moment le plus important était que la nuit dernière il n’y avait pas eu d’incidents dans le Nord du Kosovo-Métochie.

LA SITUATION À JARINJE EST CALME, LA KFOR RENFORCE SES BARRICADES

La situation sur le passage administratif Jarinje, du côté vers Raska, est calme depuis ce matin, et les troupes de la Kfor ont renforcé les barricades sur la route alternative construite par les Serbes non loin de là. Des membres des contingents américain et allemand de la Kfor ont fait une barricade de gravier sur cette route alternative qui relie Raska et Leposavic. Derrière la barricade se trouve un véhicule blindé de la Kfor, et les soldats des forces internationales ne permettent pas de faire des photos et des vidéos.

LE CONSEIL DE SÉCURITÉ DE L’ONU DE NOUVEAU SANS POSITION COMMUNE SUR LE KOSOVO-METOCHIE

Les consultations du Conseil de sécurité de l’ONU se sont terminées hier soir sans position commune sur la situation dans le Nord du Kosovo-Metochie, est-il confirmé à Tanjug par les sources diplomatiques à New York. Lors des consultations derrière huis clos, il s’est répété la situation antérieure, à savoir que les pays occidentaux aient exprimé la position que les problèmes dans le Nord du Kosovo-Metochie ne pouvaient être réglés que par voie du dialogue, avec la médiation de l’UE, indiquent ces sources. Les pays occidentaux, membres du Conseil de sécurité, considèrent que la situation dans le Nord du Kosovo-Metochie est sous le contrôle et que la Kfor et l’EULEX agissent conformément au mandat que leur a confié l’ONU. La majorité des membres du Conseil a démontré qu’elle comprenait la sériosité de la situation au Kosovo-Metochie, indiquent les mêmes sources diplomatiques. Les consultations ont été convoquées sur demande de la Russie, qui a exprimé mardi dernier l’inquiétude en raison de la violence des forces internationales sur la population serbe au Kosovo-Metochie, appelant, dans le même temps, la Kfor et l’EULEX à respecter strictement le principe de neutralité quant au statut, conformément à la Résolution 1244 de l’ONU.

BOGDANOVIC : IL EST INACCEPTABLE QUE LA KFOR ÉVITE LES ENTRETIENS

Le ministre pour le Kosovo-Metochie Goran Bogdanovic a déclaré qu’il est inacceptable que la Kfor, après les troubles survenus mardi, dans lesquels les soldats de cette mission avaient ouvert le feu sur les Serbes du Kosovo-Metochie, évite de s’entretenir avec les autorités serbes. Bogdanovic a déclaré hier soir pour Tanjug que le jour avant était demandée une réunion avec le commandant de la Kfor Erhard Drews et que cette invitation restait toujours ouverte. Nous sommes d’avis qu’après les tirs et les blessures il est inacceptable que la Kfor évite les entretiens, parce que rien ne pouvait être réglé par la force, les solutions imposées ni de la manière de laquelle l’a essayé hier la Kfor, a laissé entendre Bogdanovic. Il a confirmé que la Serbie demandait l’ouverture d’une enquête sur ce qui s’était vraiment passé au passage administratif Jarinj, afin de ne pas se retrouver dans une situation similaire à celle d’hier, lorsqu’après tout se font entendre des désinformations et des rumeurs diverses qui ne correspondent pas à la vérité.

NUIT CALME DANS LE NORD DU KOSOVO-METOCHIE

La nuit passée dans le Nord du Kosovo-Metochie était calme, les habitants étaient présents sur les barricades, renforcées à Kosovska Mitrovica hier soir sur le pont principal à travers la rivière Ibar, qui partage la ville en partie Nord serbe et Sud albanaise. Comme chaque nuit, depuis l’arrivée des douaniers et des policiers du Kosovo sur les passages administratifs Jarinje et Brnjak, les Serbes sont de service sur les barricades posées sur les routes vers le passage et sur les routes principales. De l’autre côté du pont sur Ibar, la Kfor a renforcé sa présence hier et les soldats ont posé des conteneurs et mis en place le fil barbelé. A la réunion des présidents des quatre municipalités du Nord du Kosovo-Metochie avec les représentants des organisations internationales, il a été demandé de faire une enquête sur l’incident de Jarinje, lorsque la Kfor avait ouvert le feu sur les citoyens rassemblés qui protestaient contre le blocage de la route.

ROGOZINE : L’OTAN PROVOQUE UN NOUVEAU CONFLIT DANS LES BALKANS

L’ambassadeur de la Russie près l’OTAN Dmitri Rogozine a déclaré que la mission de l’Alliance au Kosovo-Metochie provoquait, par ses opérations les plus récentes, un nouveau conflit dans la région et qu’elle ignorait les appels à la consitution d’une commission qui examinerait les crimes commis sur des civils dans le Nord du Kosovo-Metochie. Il semble que mes collègues de l’OTAN ne comprenaient évidemment pas les conséquences éventuelles de leur participation dans le conflit, a déclaré Rogozine pour la chaîne de télévision „Russia Today“ et il a mis en relief que l’OTAN commettait une nouvelle erreur en provoquant des nouveaux conflits dans les Balkans. A la place d’adopter une position neutre, conformément à la Résolution du Conseil de sécurité de l’ONU, ils se sont rangés du côté du Kosovo et des Albanais, a souligné Rogozine. Il a mis en relief que l’OTAN bloquait l’unique voie de la vie entre les Serbes du Kosovo et la Serbie et il a accusé les éléments des forces de paix internationales d’ingérence dans le conflit civil dans le Nord du Kosovo-Metochie.

JEREMIC : LA RUSSIE A TRANSMIS TOUTES LES POSITIONS DE LA SERBIE

Le chef de la diplomatie serbe Vuk Jeremic a déclaré qu’à la session d’hier soir du Conseil de sécurité de l’ONU la Russie avait transmis toutes les positions de Belgrade concernant la situation dans le Nord du Kosovo-Metochie. La Serbie demande la réponse à la question qui avait ordonné d’ouvrir le feu sur les civils et elle insiste sur la position qu’aucun incident ni rupture de la paix ne devraient rester sans punition par le Conseil de sécurité de l’ONU, a déclaré Jeremic pour la RTS. Il a mis en relief que nulle part en Europe, sauf au Kosovo, personne n’ouvrait le feu sur les civils, c’est-à-dire, dans la partie du territoire qui n’est pas sous l’administration du gouvernement de Serbie, suivant la Résolution 1244 du Conseil de sécurité. Lors des réunions importantes, y compris les sessions du Conseil de sécurité de l’ONU, nous mettions en garde contre un tel développement de la situation sur le terrain, a déclaré Jeremic et il a ajouté que ceux qui n’avaient pas pris en compte ces avertissements, avant tout l’OTAN, assumaient la responsabilité complète pour les événements au Kosovo-Metochie.

DACIC : LE KOSOVO NE PEUT PAS ÊTRE DÉFENDU SUR LES BARRICADES, MAIS PAR UNE POLITIQUE SAGE

Le Premier ministre adjoint et ministre de l’Intérieur de Serbie Ivica Dacic a déclaré que le Kosovo-Metochie ne pouvait pas être défendu sur les barricades, mais par une politique sage et il a constaté que tout règlement pour la Province était meilleur que la situation actuelle, extrêmement difficile. Dacic a constaté que la Kfor et la communauté internationale s’engageaient simplement à défendre les souhaits de Pristina et il a ajouté qu’il lui semblait que le problème du Kosovo-Metochie faisait objet des négociations virtuelles, c’est-à-dire, comme s’il n’existait pas la conscience de la situation réelle sur le terrain. Dacic a rejeté les explications indiquant que les démarches de la communauté internationale et de Pristina dans le Nord du Kosovo-Metochie visaient à éliminer le crime. Le crime à Pristina a des dimensions mondiales et personne n’y a toujours mis le fil barbelé, a fait savoir Dacic, rappelant que la Kfor a l’obligation de protéger le peuple, nonobstant s’il s’agisse des Serbes ou des Albanais.

STEFANOVIC : COOPER LUNDI ET MARDI À BELGRADE

Le médiateur de l’UE dans les entretiens de Belgrade et de Pristina Robert Cooper séjournera probablement lundi et mardi à Belgrade, a déclaré le chef du team négociateur de Belgrade Borislav Stefanovic. Il a déclaré que les entretiens avec Cooper ne porteraient uniquement pas sur le dialogue avec Pristina, qui sera poursuivi, mais avant tout sur les règlements de la crise acuite et la recherche des modalités acceptables pour tous. L’objectif de notre initiative est de trouver ce passage étroit par lequel la Serbie devrait passer tout en préservant les intégrations européennes et poursuivant, dans le même temps, le dialogue avec Pristina, assurant les droits et les intérêts des Serbes au Kosovo-Metochie, a mis en relief Stefanovic. Selon lui, par ses activités diplomatiques parallèles au Conseil de sécurité de l’ONU, à Bruxelles, à Moscou et dans d’autres centres, la Serbie souhaite rendre possible l’accord sur les passages Jarinje et Brnjak, qui fera introduction au règlement systématique du problème du Kosovo-Metochie. Stefanovic a ajouté que le Parlement de Serbie, l’opinion publique et avant tout les Serbes dans le Nord du Kosovo-Metochie seraient informés de toutes les options.

LE GOUVERNEMENT DE SERBIE DEMANDE UNE ENQUÊTE URGENTE DE L’ONU SUR LES INCIDENTS AU KOSOVO-METOCHIE

Le gouvernement de Serbie sollicite l’ONU à ouvrir en urgence une enquête sur l’incident au passage administratif Jarinje et il appelle l’organisation mondiale à assurer que les missions au Kosovo-Metochie agissent exclusivement dans le cadre neutre quant au statut, suivant la Résolution 1244 du Conseil de sécurité, a déclaré Milivoje Mihajlovic, chef du Bureau gouvernemental pour les médias. Il a laissé entendre que le gouvernement exprimait la conviction que les tensions au Kosovo-Metochie pouvaient être dépassées uniquement par voie des négociations, tout en respectant complètement les droits et les intérêts des Serbes dans le Nord du Kosovo-Metochie. Le gouvernement de Serbie est complètement dévoué au dialogue et nous sommes d’avis que l’arrivée annoncée du médiateur européen Robert Cooper à Belgrade et à Pristina signifierait un encouragement pour ce dialogue, a indiqué Mihajlovic.

DJELIC : LE DIALOGUE PERD LE SENS LORSQU’ON TIRE SUR LES CITOYENS

A la réunion avec les ambassadeurs des Etats membres de l’UE et l’ambassadeur de l’UE en Serbie Vincent Dégert, le vice-premier ministre du gouvernement de Serbie Bozidar Djelic a déclaré que le dialogue de Belgrade et Pristina perdait le sens lorsque les forces internationales, en dehors de leur mandat, ouvraient le feu sur les citoyens dans le Nord du Kosovo-Metochie. La Serbie ne peut pas assumer la responsabilité pour de telles démarches et elle reste attachée au règlement pacifique de toutes les questions, même celles qui ont engendré les tensions et la violence, a laissée entendre Djelic, rappelant que la Serbie, avec tous les pays membres de l’UE, était l’initiateur du dialogue avec Pristina, qui a donné les premiers résultats positifs. Djelic a également mis en relief la baisse considérable du soutien des citoyens à l’adhésion de la Serbie à l’UE, comme conséquence des développements les plus récents au Kosovo-Metochie. Le vice-premier ministre du gouvernement a rencontré les ambassadeurs des pays membres de l’UE et M. Dégert pour les informer des résultats réalisés par la Serbie et de ses futurs pas sur la voie d’obtention du statut de candidate.


Source Arrow ICI

_________________
Са вјером у Бога !
IC ХИ
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.youtube.com/watch?v=bewCMAjypqk
Demoiselle Slave
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 412
Age : 25
Localisation : /
Date d'inscription : 10/09/2008

MessageSujet: Re: Tirs de la KFOR à Jarinje sur des Serbes non-armés   Ven 30 Sep - 16:20

NEDELJKOVIC : LA KFOR A TIRÉ A BALLES RALLÉES AUX SERBES

Les membres de la KFOR ont tiré aujourd’hui sur les citoyens près du passage administratifs Jarinje, non pas seulement à balles en caoutchouc, mais aussi à balles rallées et les personnes transportées au Centre médical de Kosovska Mitrovica sont blessé par ce type de munition, fait savoir pour Radio Serbie Internationale le chef de la région administrative de Kosovska Mitrovica, Radenko Nedeljkovic. Selon lui, il s’agit des blessures graves, des plaies à balle, mais tous blessés sont hors de danger de vie.

Nedeljkovic a déclaré que l’incident se passait vers 13h au passage administratif Jarinje, quand les membres du contingent américain de la KFOR ont tiré sur les citoyens qui protestaient calmement. Il est évident, estime Nedeljkovic, que la KFOR utilise toutes les formes des moyens de force pour effectuer le plan du soi-disant gouvernement du Kosovo qui veut fermer et isoler le Nord du Kosovo-Métochie de la partie centrale de Serbie, et de forcer ainsi les citoyens de cette partie du Kosovo à s’intégrer aux institutions du Kosovo. C’est un exemple classique que les membres de la KFOR sont prêts à utiliser les armes pour satisfaire les autorités de Pristina et effectuer ce qu’en ce moment, Pristina ne pourrait pas effectuer.

Nedeljkovic souligne qu`il était calme à Jarinje à ce moment, que les citoyens y se trouvent pour exprimer leur insatisfaction et désaccord avec les mesures et les activités prises par la KFOR et pour dire encore une fois clairement et sans équivoque qu’ils ne veulent pas s’intégrer aux institutions du Kosovo et pour envoyer le message à la communauté internationale qu’elle ne pouvait pas avoir de doubles critères, les uns envers les Albanais du Kosovo, et les autres envers les Serbes du Kosovo et les autres non-Albanais.

Nous demandons seulement que la communauté internationale accepte l’état factuel, que les Serbes et les autres non-Albanais au Nord du Kosovo-Métochie n’acceptent pas les institutions du Kosovo et que nous avons les institutions uniques légales et légitimes, et ce sont les institutions de la République de Serbie, souligne Nedeljkovic.

LE CREPUSCULE DE LA DEMOCRATIE OCCIDENTALE AU KOSOVO-METOHIJA



La situation au Kosovo est extrêmement tendue depuis que la Kfor a tenté mardi d'imposer une solution de force pour les passages administratifs dans le nord de la Province, en faveur de Pristina. Lors de l'opération de la Kfor ont été gravement ou légèrement blessés plusieurs Serbes, parmi ceux qui défendaient pendant 12 jours leurs intérêts sur les barricades pour et empêchaient la fermeture du passage alternatif à Jarinje, qui mène vers la Serbie centrale. Dans ce contexte est de nouveau soulevée la question de la crise du droit international et du recours toujours plus fréquent à la politique de la force dans les relations internationales. Plus de détails à ce sujet par Ivana Subasic.

Pour Belgrade, il est absolument inacceptable que des solutions soient imposées par la force et elle tente d'empêcher une nouvelle escalade du conflit et d'assurer le retour au dialogue à tout le processus. «La Kfor n'a pas le droit de tirer sur des gens désarmés et de mettre en péril des vies au profit des intérêts personnels individuels ou des intérêts de certains groupes à Pristina», a déclaré dans une première réaction le ministre pour le Kosovo-Metohija, Goran Bogdanovic. Pendant que Belgrade mène une bataille diplomatique pour préserver la souveraineté d'Etat de la Serbie, la diplomatie américaine et ses alliés européens, qui sont, d'une manière générale, favorables au dialogue entre Belgrade et Pristina, tentent de toute évidence de convaincre le reste du monde que ce que l'on appelle l'indépendance du Kosovo est «chose accomplie» fait face" et qu'il est logique que Pristina établisse le contrôle dans le nord de la Province méridionale serbe.

Selon les analystes, les derniers évènements au Kosovo rendent grandement dépourvus de sens le dialogue entre Belgrade et Pristina aussi. Le chef de l' équipe de négociation serbe, Borislav Stefanovic, a déclaré que les incidents au passage Jarinje ont non seulement un mauvais impact sur le déroulement du dialogue, mais montrent également qu'il existe des «forces» qui ne souhaitent pas un règlement des problèmes par voie pacifique et qui sont donc prêtes à «tirer sur des gens désarmés». «L'objectif est que la Serbie renonce au dialogue et qu'elle soit en conséquence accusée de ne pas souhaiter un règlement pacifique", a déclaré M. Stefanovic.

Cependant, les représentants de la communauté internationale au Kosovo-Metohija, qui se déclarent favorables à une solution politique et pacifique, disent que l'action de la Kfor est légitime, que les barricades nuisent aux citoyens et qu'elles doivent être levées, « afin que les gens puissent jouir de la liberté de mouvement»! Une telle attitude, cependant, n'existait pas le 17 mars 2004, lorsque 19 personnes ont trouvé la mort, des milliers ont été expulsés et leurs maisons et des églises orthodoxes ont été détruites ou incendiées dans le pogrome des Serbes du Kosovo. A ce moment-là, les forces de paix internationales sont restées à l'écart, bien que, conformément à la Résolution 1244, la tâche de la Kfor est d'assurer la sécurité et de maintenir un environnement sûr et pacifique pour tous, indépendamment de l'appartenance ethnique. C'est pourquoi la dernière action des forces essentiellement américaines et allemandes de la Kfor au passage Jarinje est non seulement contraire au mandat de l'Onu, mais soutient implicitement la thèse que les forces internationales mettent en oeuvre seulement la politique des gouvernement des pays dont l'objectif principal est de garantir l'indivisibilité du Kosovo-Metohija.

De cette façon, est remise en cause une fois de plus la question du règne du principes du droit international dans les relations internationales. Ce principe a été gravement dégradé pour la première fois en 1999, lorsque les pays membres de l'Otan ont décidé d'attaquer la RFY de l'époque, sans approbation du Conseil de sécurité des Nations unies, prétendument pour violation des droits de l'homme des Albanais du Kosovo. Les reconnaissances individuelles de l'indépendance autoproclamée du Kosovo par Washington et par de grands pays occidentaux, ne sont que la conséquence logique de cette politique dans les relations internationales. Dans cette politique, malheureusement, se perd de plus en plus l'essence même des principes fondamentaux du droit international qui concernent la souveraineté et l'intégrité territoriale de chaque Etat, tandis qu'un manque de principes et la politique de force gagnent du terrain.

_________________
Са вјером у Бога !
IC ХИ
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.youtube.com/watch?v=bewCMAjypqk
 
Tirs de la KFOR à Jarinje sur des Serbes non-armés
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Leopard 1A5 (ITL) KFOR - 1/72°
» kfor ? ifor ? sfor ?
» [Martial] CHALLENGER 2 KFOR
» leclerc KFOR
» UK IN THE KFOR

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum de discussion sur le Kosovo :: Forum francophone :: Actualité-
Sauter vers: