Forum de discussion sur le Kosovo

Forum officiel du site kosovo.4yu.fr
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  Notre siteNotre site  

Partagez | 
 

 veto ou pas veto pour la Russie ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

veto ou pas veto pour la Russie ?
la Russie va mettre son véto car ce sont des orthodoxes, des slaves et que les serbes et les russes sont des frères.
40%
 40% [ 4 ]
la Russie va mettre leur veto mais pour leur propres intérêts ( montrer leur puissance, pour d'autres conflits, economiques, stratégiques...)
30%
 30% [ 3 ]
la Russie ne va pas mettre son véto car les occidentaux vont lui promettre des choses en échange ( elle va abandonner les serbes pour leur propores intérets)
20%
 20% [ 2 ]
la Russie ne va pas mettre son véto, tout simplement car elle s'en moque que le kosovo soit une terre musulmane, ou qu'elle ne veut pas contredire les occidentaux.
10%
 10% [ 1 ]
Total des votes : 10
 

AuteurMessage
srpski
Membre actif
Membre actif
avatar

Nombre de messages : 91
Age : 31
Localisation : france
Date d'inscription : 20/01/2007

MessageSujet: veto ou pas veto pour la Russie ?   Lun 12 Mar - 20:38

comme vous le savez c'est la russie qui vas décider le sort du kosovo !!!
Mais qu'elle sera sa décision face au conseil de sécurité ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
srpski
Membre actif
Membre actif
avatar

Nombre de messages : 91
Age : 31
Localisation : france
Date d'inscription : 20/01/2007

MessageSujet: Re: veto ou pas veto pour la Russie ?   Lun 12 Mar - 20:49

source : http://fr.rian.ru/world/20070312/61845354.html

Citation :
Kosovo: le Kremlin attendu (Nezavissimaïa gazeta)


MOSCOU, 12 mars - RIA Novosti. La position de la Russie se retrouve au premier plan pour la première fois depuis le début du processus de règlement du problème du Kosovo. Après l'échec des pourparlers sur les propositions du médiateur de l'ONU Martti Ahtisaari, la question du statut définitif du Kosovo sera examinée au Conseil de sécurité de l'ONU. La Russie est le seul pays parmi les membres permanents du conseil à déclarer qu'il n'approuvera pas ce plan de règlement, rejeté à la fois par la Serbie et les Albanais kosovars. Autrement dit, Moscou fait allusion à un possible usage de son droit de veto.

Dans l'ensemble, les pays occidentaux, surtout les Etats-Unis, estiment que l'indépendance est une solution optimale. Un compromis avec Moscou est-il nécessaire à l'Occident? Il est probablement souhaitable. La voix de Moscou au Conseil de sécurité de l'ONU aurait légitimé le schéma Ahtisaari et ouvrirait la voie à une indépendance du Kosovo n'entraînant pas de conflits (au niveau des acteurs mondiaux), dont les prémisses se sont dessinées au cours des huit années de présence internationale dans la province. Cependant, en faisant abstraction des discussions philosophiques sur l'intangibilité des frontières et sur la nécessité de régler tous les conflits d'après un schéma identique, la Russie n'a pas la moindre raison formelle de soutenir le plan Ahtisaari. Aucun rôle n'a été proposé à Moscou dans un "nouveau Kosovo". Cette fois-ci, aucune place n'a été réservée à la Russie dans le mécanisme international de contrôle copié pour beaucoup sur celui de la Bosnie.D'ailleurs, Moscou avait réduit lui-même la possibilité de s'attribuer un rôle au Kosovo en en retirant ses soldats de la paix. Cette action inattendue avait surpris de nombreuses personnes , de même que le débarquement inattendu de ses parachutistes à Pristina en 1999.

La Russie ne peut rien opposer aux plans américains d'octroi de l'indépendance au Kosovo, elle comprend aussi qu'on peut l'obtenir en contournant le Conseil de sécurité de l'ONU. En même temps, Moscou n'est pas intéressé à mener un nouveau travail de sape contre le prestige du Conseil de sécurité. Faisant allusion à la reconnaissance éventuelle de l'indépendance de l'Abkhazie, de l'Ossétie du Sud et de la Transnistrie, en réalité, la Russie n'est pas prête à cette évolution des événements, car il est notoire qu'aucun pays influent ne soutient cette idée. Moscou formulera probablement sa position définitive sur le Kosovo en se fondant sur les accords conclus avec les Etats-Unis sur des problèmes qui ne sont pas directement liés au Kosovo.

RIA Novosti décline toute responsabilité quant au contenu des articles tirés de la presse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
srpski
Membre actif
Membre actif
avatar

Nombre de messages : 91
Age : 31
Localisation : france
Date d'inscription : 20/01/2007

MessageSujet: Re: veto ou pas veto pour la Russie ?   Lun 12 Mar - 23:40

source : http://fr.rian.ru/world/20070312/61889719.html
Citation :
Un veto russe peu probable lors de l'examen d'une résolution sur le Kosovo à l'ONU (diplomate américain)

WASHINGTON, 12 mars - RIA Novosti. L'administration Bush ne pense pas que la Russie frappe de veto ou use même de son droit de veto lors de l'examen d'une résolution sur le Kosovo au Conseil de sécurité de l'ONU, a déclaré lundi Daniel Fried, sous-secrétaire d�Etat américain pour l�Europe et l�Eurasie.

"Je ne pense pas qu'un veto russe soit possible", a estimé devant les journalistes à Washington Daniel Fried, tout en faisant remarquer que la Russie, tout d'ailleurs comme les Etats-Unis, faisait partie du Groupe de contact international pour le Kosovo (Etats-Unis, Russie, France, Grande-Bretagne et Allemagne) et que jusqu'ici cette coopération avait plutôt réussi.

Cela dit, le sous-secrétaire d�Etat américain pour l�Europe et l�Eurasie a accordé une évaluation positive au plan de règlement au Kosovo qui était préparé par Martti Ahtisaari, représentant spécial du secrétaire général de l'Organisation des Nations Unies.

"La communauté internationale soutient Martti Ahtisaari, et celui-ci a un plan qui nous donne les meilleures chances pour la meilleure des solutions", a affirmé Daniel Fried.

Et d'ajouter qu'on n'estime pas à Washington que le Kosovo pourrait constituer un précédent pour régler par la suite les problèmes de l'Abkhazie, de l'Ossétie du Sud, de la Tchétchénie ou d'autres situations du genre.

(L'Abkhazie et l'Ossétie du Sud sont des républiques autoproclamées sur le territoire de la Géorgie - ndlr.)

"Le Kosovo ne constitue de précédent pour aucune autre région du monde, que ce soient l'Abkhazie, l'Ossétie du Sud, la Tchétchénie, la Transnistrie, la Corse ou le Texas", a notamment prétendu le diplomate américain.

(La Transnistrie est une république autoproclamée sur le territoire de la Moldavie - ndlr.)

"Il n'y a nulle part dans le monde de situation qui ressemble de près ou de loin à celle du Kosovo", a dit Daniel Fried.

Interrogé sur le rôle de l'Alliance de l'Atlantique Nord au Kosovo, le sous-secrétaire d�Etat américain pour l�Europe et l�Eurasie a souligné que "la Force de maintien de la paix dirigée par l'OTAN au Kosovo (KFOR) était prête à faire face aux extrémistes des deux côtés".

Selon Daniel Fried, "pour garantir la sécurité au Kosovo, la KFOR y restera aussi longtemps que cela sera nécessaire".
Peut-on faire confiance à la Russie ?
Exclamation une question importante : la chine fait partie du conseil de sécurité pourtant personne parle d'un possible veto chinois ! pourquoi, elle ne participe pas au discution sur le kosovo ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
srpski
Membre actif
Membre actif
avatar

Nombre de messages : 91
Age : 31
Localisation : france
Date d'inscription : 20/01/2007

MessageSujet: Re: veto ou pas veto pour la Russie ?   Lun 12 Mar - 23:46

avis albanais sur la question :
Citation :
Le statut du Kosovo sera voté sans accord à l’ONU. Il n’y aura pas de veto russe et encore moins chinois.

Les Etats-Unis, le Royaume-Uni et la France voteront POUR.

La Russie et la Chine s’abstiendront de voter pour montrer leur désaccord, mais n’utiliseront pas leur veto.

Le Conseil des Nations-Unis adoptera le statut du Kosovo qui prévoit une indépendance supervisée par trois votes POUR (U.S.A., R.U. et France) et deux votes blancs ou abstentions (Russie, Chine).
ceci est fort possible malheureusement !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
srpski
Membre actif
Membre actif
avatar

Nombre de messages : 91
Age : 31
Localisation : france
Date d'inscription : 20/01/2007

MessageSujet: Re: veto ou pas veto pour la Russie ?   Mar 13 Mar - 23:50

source : http://www.lemonde.fr/web/depeches/0,14-0,39-30107113@7-60,0.html
Citation :
Les Européens s'opposent donc ainsi clairement à la position exprimée mardi par le porte-parole de la diplomatie russe, Mikhaïl Kamynine.

"Nous jugeons prématurée la décision du médiateur spécial de l'ONU M. Ahtisaari d'interrompre les négociations et de transmettre à l'ONU les projets de statut" du Kosovo, a-t-il indiqué dans un communiqué.
Citation :
Les 27 avaient soutenu en janvier la tenue de nouvelles réunions entre Serbes et Kosovars à Vienne sous l'égide de M. Ahtisaari -qui se sont achevées samedi- précisément pour apaiser les Russes, traditionnels alliés des Serbes, et réduire les risques d'un veto de Moscou au Conseil de sécurité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
srpski
Membre actif
Membre actif
avatar

Nombre de messages : 91
Age : 31
Localisation : france
Date d'inscription : 20/01/2007

MessageSujet: Re: veto ou pas veto pour la Russie ?   Mar 13 Mar - 23:53

source : http://balkans.courriers.info/article7918.html
Citation :
Puisque Belgrade et Pristina, en un an de discussions n’ont réussi à s’entendre sur rien à propos du statut final du Kosovo, il reviendra au Ghana, au Pérou, au Qatar, au Congo, au Panama et à l’Indonésie de décider de ce statut. Ce n’est pas une plaisanterie, c’est la plus stricte vérité.

Ces pays - en plus des cinq membres permanents, les Etats-Unis, la Russie, la Chine, la France et la Grande-Bretagne - composent le Conseil de sécurité des Nations Unies qui devra adopter la résolution sur le statut du Kosovo. Pour que la résolution soit adoptée, il faut que vote en sa faveur la majorité des États représentés au Conseil (9 sur 15), et qu’aucun membre permanent n’oppose son veto. En supposant avec optimisme que, dans le meilleur des cas, la Russie et la Chine ne s’opposeront pas à une résolution ouvrant la voie à une indépendance reconnue du Kosovo, soutenue par les États occidentaux, la décision dépendra encore du vote des pays africains, asiatiques et latino-américains.

Ainsi, il est désormais clair que le facteur central sera la position de la Russie. Si elle décidait de ne pas bloquer le processus, tout le monde serait content, sauf Belgrade. Mais si Moscou utilise son veto et bloque l’adoption d’une nouvelle résolution, on ne peut pas exclure un « scénario cauchemar », qui terrorise l’Union européenne. Vraisemblablement, les institutions du Kosovo parviendront à attendre jusqu’à la fin juin une décision du Conseil de sécurité. S’il n’y a pas de décision prise à ce moment, elles proclameront l’indépendance et demanderont des reconnaissances bilatérales. Très vraisemblablement, cette indépendance sera reconnue par la Grande-Bretagne, les Etats-Unis, Israël, la Suisse, l’Albanie et quelques autres pays... Dans cette hypothèse, l’UE serait divisée et ne serait pas en mesure de commencer sa mission. L’Union montrerait une nouvelle fois son incapacité à prendre une décision difficile, alors que la question du Kosovo est perçue comme « la dernière question non résolue dans le processus d’éclatement de l’ancienne Yougoslavie ».
Les diplomates européens expliquent qu’ils essayent par tous les moyens d’obtenir le soutien russe à une nouvelle résolution, ou au moins que Moscou ne bloque pas l’adoption de cette résolution. Toute la question est de savoir si Poutine tiendra compte du casse-tête qu’il crée à l’Europe s’il empêche une solution pour le Kosovo, ou bien s’il se félicitera de révéler ainsi l’impuissance de l’Occident. Alors que certains diplomates pensent « qu’il va agir de manière responsable et éviter le chaos au Kosovo », d’autres estiment que « l’Occident ne peut pas dépendre de la décision de Poutine ».
ce n'est pas bon tout ça !!!
réaction :
Citation :
Comment peut-on admettre le constat selon lequel "toutes les possibilités avaient été explorées pour une solution négociée", en sachant qu’une seule direction était prise, à savoir l’indépendance du Kosovo. On peut se poser la question de savoir "où sont passés les journalistes", car le fait de violer la Résolution 1244 ne semble poser aucun problème à la presse internationale ; nous assistons ici à une formidable et très globale fuite en avant dont personne ne semble capable (ou décidé) d’imaginer les conséquences, directes et indirectes...
Citation :
Pour ce qui est des délégations de Belgrade et de Pristina, personne n’a jamais cru qu’elles pouvaient se mettre d’accord sur quoi que ce soit. Au bout d’un an de discussions, la seule chose sur laquelle elles ont pu se mettre d’accord est le partage des frais de la salle où étaient organisées les conférences de presse. C’est le seul accord « historique » conclu entre Belgrade et Pristina. La forte animosité qui régnait entre les deux délégations a été encore révélée par l’incident de samedi dernier. Le Premier ministre serbe Vojislav Kostunica a refusé de déjeuner dans la même salle que la délégation du Kosovo.
mdr pour le dernier paragraphe

sinon le site cdb a mit la Serbie en 3 couleurs !!!! ( la bosnie en une couleur seulement alors qu'il y a ici plus de raisons de la mettre en 2 ) il est vraiment ANTI -SERBE ce site !!!!!!


Dernière édition par le Mer 14 Mar - 0:09, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
srpski
Membre actif
Membre actif
avatar

Nombre de messages : 91
Age : 31
Localisation : france
Date d'inscription : 20/01/2007

MessageSujet: Re: veto ou pas veto pour la Russie ?   Mer 14 Mar - 0:04

source : http://fr.rian.ru/world/20070313/61933133.html
Citation :
Moscou juge prématuré un arrêt des négociations sur le statut du Kosovo (ACTUALISATION)

MOSCOU, 13 mars - RIA Novosti. Moscou juge prématuré un arrêt des négociations sur le statut du Kosovo et la remise au Conseil de Sécurité de l'ONU du plan proposé par l'ex-président finlandais, Martti Ahtisaari, indique mardi le ministère russe des Affaires étrangères (MID).

Cette remise est "prématurée" car toute proposition sans l'accord des deux parties "ne peut garantir un règlement stable et durable" du conflit, a déclaré à la presse le porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Mikhaïl Kamynine.

Constatant que les entretiens qu'a eus Martti Ahtisaari à Vienne début mars avec des représentants de Belgrade et de Pristina "n'ont pas donné de résultats", le diplomate russe a estimé que "ce n'était pas imprévu", car les négociations étaient biaisées du fait que le plan proposé privilégiait les intérêts "d'une seule des deux parties".

"Des déclarations sur une inéluctabilité de la "souverainisation" de la province et l'établissement artificiel d'un agenda ont compliqué la possibilité de trouver un compromis", a souligné M. Kamynine.

Il a appelé "à poursuivre des consultations sans préjugés" et "à créer un terrain d'entente élargi entre les protagonistes dans l'intérêt d'une solution sur la base de la résolution 1244 du Conseil de sécurité de l'ONU et des principes du droit international".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
srpski
Membre actif
Membre actif
avatar

Nombre de messages : 91
Age : 31
Localisation : france
Date d'inscription : 20/01/2007

MessageSujet: Re: veto ou pas veto pour la Russie ?   Mar 20 Mar - 19:26

source : http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-3214,36-885350@51-856031,0.html
Citation :

La Russie, alliée de Belgrade, dénonce la partialité des Nations unies

Le débat sur le statut final du Kosovo s'est engagé dans un climat tendu, lundi 19 mars, au Conseil de sécurité des Nations unies, sans que les ambassadeurs aient encore pu prendre connaissance du rapport final du médiateur Martti Ahtisaari, qui recommande "l'indépendance sous supervision internationale" de la province de Serbie.


L'ambassadeur de la Russie, Vitali Tchourkine, a accusé le représentant de l'ONU à Pristina, Joachim Rücker, de "prêcher pour l'indépendance du Kosovo". Une indépendance réclamée par les Kosovars albanais mais à laquelle Moscou, allié de la Serbie, est opposé. Une majorité de pays a exprimé des réserves sur une sécession de la province serbe.


Le rapport de M.Rücker "était extrêmement partial et malvenu", a affirmé M. Tchourkine, qui a quitté la séance de consultations avant la fin des débats, en accusant le représentant de l'ONU d'avoir "lu un sermon au Conseil de sécurité". La Russie souhaite une poursuite des négociations entre Belgrade et Pristina, en dépit du constat d'échec du médiateur de l'ONU, Martti Ahtisaari, qui a renoncé à toute solution négociée après plus d'un an de discussions infructueuses.


Il reviendrait au Conseil de sécurité, où la Russie dispose d'un droit de veto, d'annuler par un nouveau texte la résolution 1244, adoptée le 10 juin 1999, et qui accordait au Kosovo, placé sous administration de l'ONU, "une autonomie substantielle" au sein de la Serbie.

Alors que les pays occidentaux, et notamment la France, le Royaume-Uni et les Etats-Unis, sont favorables à une indépendance du Kosovo sous surveillance internationale, Moscou s'y oppose et suggère de trouver un remplaçant à M. Ahtisaari.

Selon des diplomates présents lors des consultations à huis clos du Conseil de sécurité, sept pays, dont la Chine, se sont montrés prudents sur toute solution menant à l'indépendance du Kosovo, qui pourrait remettre en question l'intangibilité de leurs propres frontières. L'Italie, la Belgique et le Panama semblent plutôt soutenir le plan Ahtisaari.

"La négociation sera difficile", reconnaît un diplomate occidental, qui espère toutefois que les trois pays africains membres, "pour lesquels l'indépendance est sacrée", changeront de camp.

Les pays européens devraient prendre la main sur ce dossier et présenter, au mois d'avril, un projet de résolution reprenant les conclusions de M.Ahtisaari, en espérant que la Russie se contentera de s'abstenir. Les partisans de l'indépendance font discrètement valoir que toute solution autre que l'indépendance risque de "relancer la guerre".
Philippe Bolopion

encore on voit que les occidentaux "magouille" pour que les autres pays acceptent l'indépendance du kosovo !!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Goran Le Serbe
Membre attentif
Membre attentif


Nombre de messages : 13
Age : 37
Localisation : Beograd
Date d'inscription : 29/03/2008

MessageSujet: Re: veto ou pas veto pour la Russie ?   Dim 30 Mar - 14:19

La Russie nous aidera,comme l'Espagne,la Grece,l'Indonesie,le Burkina Faso,la Chine evidemment,l'Indonesie,le Bresil,l'Inde,Chypre,la Bosnie,la Roumanie.

***

ZIVELA SLOBODDNA SRBIJA !!!!!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pro Deo Regisque
Nouveau membre
Nouveau membre
avatar

Nombre de messages : 8
Age : 43
Localisation : Amaillou
Date d'inscription : 05/04/2008

MessageSujet: Re: veto ou pas veto pour la Russie ?   Dim 6 Avr - 0:10

C'est dans l'intérêt de la Russie de soutenir les Serbes. Elle n'agira pas par charité chrétienne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
LOKI
Membre hyperactif
Membre hyperactif


Nombre de messages : 244
Age : 30
Localisation : france-serbie-russie.
Date d'inscription : 03/08/2008

MessageSujet: Re: veto ou pas veto pour la Russie ?   Mer 6 Aoû - 0:05

L'ue et l'usa sont toujous la pour trouvé une magouille pour prouvé une independence qui n'existe pas
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: veto ou pas veto pour la Russie ?   

Revenir en haut Aller en bas
 
veto ou pas veto pour la Russie ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un nouveau porte-avions pour la Russie ?
» Aide pour paiement russie.
» vrai ou faux ?
» Sale journée pour mourir (Russie - 2 décembre 1812)
» vintimille départ du 89 RI pour la russie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum de discussion sur le Kosovo :: Forum francophone :: Actualité-
Sauter vers: